Le joint torique : l’anneau d’étanchéité indispensable en plomberie

En plomberie, les canalisations et vannes utilisent de nombreux types de joints pour assurer la circulation de l’eau ou du gaz, et éviter les fuites. Les joints toriques font partie de cette grande famille. Cet anneau a une forme ronde et est l’un des anneaux les plus courants et les plus utilisés. Dans cet article, nous allons décrire la définition d’un joint torique et comment le mesurer ?

C’est quoi un joint torique ?

Un joint torique est un élément d’étanchéité qui scelle deux éléments, permettant aux fluides et gaz de circuler correctement. En fonctionnement, la pression du fluide renforce la déformation du joint torique, augmentant ainsi l’étanchéité. Les joints toriques sont généralement utilisés pour l’étanchéité statique et dynamique.

Prenons l’exemple des raccords de tuyauterie : ils doivent être sélectionnés en fonction de votre besoin, et nécessitent dans tous les cas d’être serrés par un joint torique. Il est recommandé de remplacer les joints, en particulier les joints en fibre vulcanisée, chaque fois que vous travaillez sur un raccord. Les joints toriques sont définis par leur composé, leur objectif, leur diamètre intérieur et leur section transversale.

Caractéristiques du joint torique  

Sa composition ainsi que sa dimension est définie selon son application :

  • la compatibilité d’étanchéité du fluide : en fonction de sa nature, un fluide peut être corrosif et détériorer le composé du joint torique,
  • la résistance thermique : il peut supporter des basses températures comme des hautes températures de plus de 100°C,
  • la résistance à l’eau, à l’ozone, à l’huile, aux acides, 
  • la résistance à la déformation rémanente, à la traction, à la déchirure et à l’abrasion,
  • la résistance aux flammes,
  • la résistance aux intempéries.

Comment se mesure le joint torique ?

Pour mesurer la dimension du joint torique, procurez-vous un ruban à mesurer, ou une règle pour mesurer le diamètre intérieur du joint, et un pied à coulisse pour mesurer l’anneau du joint. Il faut savoir qu’il existe deux situations lors de la mesure des joints toriques.

Remplacer le joint d’une pompe, d’un filtre ou encore d’un robinet 

Habituellement, le joint est dans la gorge, il est alors plus facile de mesurer la taille du joint dont vous avez besoin. Nous vous recommandons d’obtenir les dimensions ou sera placé le nouveau joint torique.

En effet, les anciens joints sont souvent desserrés, ce qui peut fausser leur taille réelle. Deux mesures doivent être faites, le diamètre du tore et le diamètre intérieur :

  • Diamètre de tore : il faut mesurer l’épaisseur de la gorge.
  • Diamètre intérieur : il s’agit du diamètre intérieur de la gorge.

En cas de doute, il est préférable de choisir une taille légèrement plus petite, ce qui peut étirer le nouveau joint, mais s’il est trop grand, cela ne fonctionnera pas.

Le joint que vous souhaitez remplacer n’est pas positionné dans une gorge

Si le joint torique est sur un plan plat ou incliné, il pourra servir de modèle, gardez à l’esprit qu’il peut être déformé :

  • Diamètre de tore : il faut se référer au joint existant et prendre le même diamètre ou une épaisseur au dessus.
  • Diamètre intérieur : il faut se référer au joint existant en choisissant le même diamètre ou le diamètre inférieur.

Parfois, il peut être difficile de trouver le joint torique de la bonne taille pour vos besoins, donc si vous trouvez un joint qui fonctionne pour vous, faites le plein ! Le joint n’est pas cher, et lorsqu’il est défectueux, le remplacement est toujours urgent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.