Les objets connectés : être acteur de sa propre sécurité

Les objets connectés ont fait entrer Internet dans notre quotidien de façon massive. Si ces gadgets nous simplifient la vie, ils peuvent également faciliter l’infiltration des pirates informatiques dans notre intimité. Faut-il avoir peur des objets connectés à Internet ? Comment faire pour protéger nos données au mieux ? Éclairage dans cet article.

Les objets connectés ont fait entrer Internet dans notre quotidien de façon massive. Si ces gadgets nous simplifient la vie, ils peuvent également faciliter l’infiltration des pirates informatiques dans notre intimité. Faut-il avoir peur des objets connectés à Internet ? Comment faire pour protéger nos données au mieux ? Éclairage dans cet article.

La révolution de l’Internet des Objets

On désigne sous le terme IoT (Internet of Things ou Internet des Objets en français) l’ensemble du réseau des terminaux reliés à Internet. Il s’agit d’objets physiques faisant partie de la vie quotidienne ou bien d’appareils industriels. On compte aujourd’hui plus de sept milliards d’objets dits IoT. Il s’agit d’une des technologies les plus importantes de ce début de nouveau millénaire.

Des interphones pour bébés à l’électroménager en passant par les voitures, tous ces objets bénéficient de logiciels permettant de stocker les données. Cependant, des chercheurs ont récemment alerté sur la fragilité de la sécurité des réseaux qui les connectent. En moyenne, 15 % de ces objets auraient ainsi des mots de passe vulnérables et facilement piratables.

Les mots de passe : point faible des objets reliés à Internet

Une récente étude d’ExpressVPN confirme cette tendance mondiale à n’utiliser que des mots de passe extrêmement simples. En France, par exemple, les mots tels que « doudou » ou « chouchou » sont ainsi parmi les plus fréquemment utilisés. Pourtant, comme le soulignent les conclusions de l’enquête, plus un mode de passe est complexe, plus il est difficile à décoder. La longueur, le manque de logique et surtout le caractère unique de chaque mot de passe sont essentiels pour la sécurité des internautes.

Réaction des pouvoir publics

En France, le gouvernement a lancé une vaste campagne de prévention concernant les objets connectés. En plus de prendre des mesures de précaution élémentaires pour assurer leur sécurité, les consommateurs doivent choisir avec soin les fabricants de ces objets. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’un objet utilisé par une jeune personne et relié à Internet. Les constructeurs doivent ainsi tout particulièrement veiller au respect des normes françaises et européennes.

Les maisons connectées : un plaisir qui peut devenir un danger

Plus il y a d’objets connectés dans une maison, plus le risque de voir son domicile piraté est grand. En 2021, l’affaire du botnet Mirai avait secoué les propriétaires d’objets connectés. Des pirates avaient réussi à infiltrer 200 modèles d’objets reliés à Internet et s’étaient ainsi immiscés dans l’intimité de milliers de particuliers.

En prenant d’assaut un routeur informatique, les hackers peuvent contrôler la centrale domotique de la maison. Les conséquences peuvent être désastreuses puisque les malfaiteurs peuvent par exemple contrôler la température de la maison, via les radiateurs intelligents, dérégler le système électrique, bloquer les portes et les volets et réussir à modifier le verrouillage du domicile. Dans certains cas, les hackers parviennent à prendre le contrôle total de la maison et à en bloquer l’accès aux propriétaires.

Par ailleurs, la multiplication des objets intelligents augmente la quantité des données stockées en ligne. Ce réseau gigantesque de terminaux connectés est composé d’appareils électroménagers, de systèmes de verrouillage, d’ampoules, de détecteurs de fumée, de radiateurs, d’enceintes et de robots en tous genres. Leur place dans notre domesticité nous fait souvent oublier qu’ils nécessitent le maximum de sécurité. 

Afin de profiter de ses objets intelligents sereinement, il faut donc adopter des gestes de sécurité simples comme l’ajout systématique d’un antivirus, l’acceptation des mises à jour régulières du fabricant, ainsi que des mots de passe uniques et forts.

L’Union européenne s’est emparée de la question et a mis au point la norme de cybersécurité EN 303 645 afin d’augmenter la sécurité des objets connectés.  Son déploiement devrait permettre de renforcer la sécurité des objets intelligents des citoyens européens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.